Madame, Monsieur,

 

Nous avons été prs de 7000 personnes à souscrire à l’offre proposée par la Société HUMANIA CONSULTANTS, consistant à analyser le TEG de nos emprunts afin, dans l’hypothèse où celui-ci était considéré comme erroné par cette société, d’en contester la validité devant les tribunaux.

Pour avoir rencontré de nombreuses personnes, clientes d’HUMANIA CONSULTANTS comme moi, il est clair que deux éléments ont généralement été moteur dans notre décision de souscrire à la proposition de cette société.

 

L’enjeu, bien sûr, puisque nous pouvions espérer voir la déchéance du droits des intérêts prononcée, mais aussi la garantie de ne rien perdre, ou de ne perdre qu’une partie de notre investissement

En effet, je pense que beaucoup de clients ont, comme moi, été séduits par le fait qu’en cas d’échec de la procédure, il nous serait remboursé, au moins dans une partie importante, les honoraires versés à la société Humania Consultants, ainsi que le  montant des condamnations dont nous pourrions faire l’objet.

 

Sincèrement, en ce qui me concerne, sans cette garantie, je n’aurais pas accepté de me lancer. Aujourd’hui, la situation est simple : des justifications différentes pour un même résultat, à savoir qu’aucun des assureurs  intervenus dans cette affaire n’accepte de couvrir nos sinistres, idem en ce qui concerne HUMANIA CONSULTANTS (en  liquidation judiciaire), ou les courtiers intervenus dans cette affaire.

 

En somme, c’est à nous, clients d’HUMANIA CONSULTANTS, qui avons payé tout ce qu’on nous demandait, de supporter les conséquences d’erreurs commises par d’autres, censés nous protéger et défendre nos intérêts au demeurant.  

Cela signifie aussi qu’une partie d’entre nous (celle dont je fais partie) doit faire face à des difficultés de trésorerie importantes, puisque les honoraires d’HUMANIA CONSULTANTS ne sont pas remboursés, et que les banques réclament  dans une grande partie des cas le paiement des condamnations obtenues au titre de l’article 700 du Code de procédure  civile, et parfois des dommages et intérêts pour procédure abusive, qu’elles ont obtenus. 

Cela signifie également qu’une autre partie d’entre nous, celle dont les procès sont toujours en cours, sait d’ores et déjà, qu’en cas d’échec, elle ne sera pas couverte, et qu’elle risque d’être soumise aux mêmes difficultés à court ou moyen terme.

 

 Cette situation est inacceptable.

Qu’importe qui est responsable de cette situation, une chose est sure, ce n’est pas à nous, clients d‘HUMANIA CONSULTANTS (souvent dans des situations compliquées) d’en supporter les conséquences. Nous avons droit à la garantie prévue à notre contrat, pour laquelle nous avons payée.

Heureusement, nous sommes nombreux à partager la même opinion, et à avoir rapidement refusé d’accepter cette situation. Aussi, au fil des mois, un groupe d’investisseurs s’est constitué autour du cabinet GOETHE AVOCATS, afin de faire valoir ses  droits.

«  Nous battre  plus efficacement contre cette position de " victime collatérale" 
condamnée à attendre et à  se  résigner. » 

Aujourd’hui, nous avons décidé de créer l’ADIH, pour poursuivre notre démarche, aller encore plus loin, et nous battre plus efficacement encore, contre cette position qu’on nous assigne de « victime collatérale » condamnée à attendre et à se résigner.

 
L’ADIH doit permettre de combattre nos principales faiblesses dans cette affaire : l’éparpillement et l’isolement des victimes, leur manque de temps et de connaissance pour gérer la situation.
 

L’ADIH a pour ambition de répondre à tout cela, en regroupant les clients d’HUMANIA CONSULTANTS concernés par la thématique assurantielle, en les informant, et en les accompagnant dans le cadre d’une défense de leurs droits.
 

C’est ainsi que nous réussirons à exister dans cette affaire qui se « passe au-dessus de nos têtes », ce qui est un comble puisque c’est nous qui en supportons les dommages.
Pour cela, chacun doit comprendre que notre force dépend grandement de notre nombre et de notre unité.

Je ne peux donc que vous inviter à rejoindre l’ADIH le plus vite possible, pour ne pas que cette affaire s’enlise et que nous soyons les victimes d’erreurs commises par des sociétés censées nous protéger et préserver nos intérêts.


Nous acceptons toutes les bonnes volontés ; tous ceux qui veulent nous aider sont les bienvenus.

D’ores et déjà, l’ADIH s’appuie sur l’investissement des membres de son bureau qui consacrent, à cette association, une bonne partie de leur temps libre.
 

L’ADIH s’appuie aussi sur des partenaires qui soutiennent cette initiative, tels que les avocats qui vous ont défendus dans le cadre des procédures en contestation du TEG, ou d’autres conseils conduisant des regroupements minoritaires qui ont orienté leurs clients vers notre association.
 

De plus, l’ADIH et ses membres sont assistés par le cabinet GOETHE AVOCATS, intervenant dans la défense collective des investisseurs ; assurant d’ores et déjà la défense de plus de 500 clients d’HUMANIA CONSULTANTS, représentant plus de 700 dossiers d’indemnisation.
 

Par ailleurs, l’ADIH travaille en totale transparence avec les organes de la procédure, Maître Dauverchain en particulier (liquidateur de la Société HUMANIA CONSULTANTS), qui ont été tenus scrupuleusement informés de cette initiative, ainsi  que de la finalité de la démarche entreprise.


Tout est donc réuni pour que nous puissions faire valoir nos droits, et obtenir ce qui nous avait été garanti, à savoir une prise en charge d’une partie, voire de la totalité des frais que nous avions exposés en contractant avec HUMANIA CONSULTANTS.


Je vous invite donc vivement à nous rejoindre, de notre mobilisation dépend le succès de l’ADIH ; ensemble nous pourrons  faire respecter nos droits et obtenir ce qui nous est dû.
 

 Cordialement,

 Stéphane Fructuoso, 

 Président de l’Association de Défense des Investisseurs HUMANIA (ADIH).

Le mot du président

CONTACT 

ADRESSE

14 allée de la Meute

91090 LISSES

CONTACT

GOETHE AVOCATS ligne dédiée à l’ADIH

01 82 28 34 35

© 2019 par JAPPAL-UI

  • Facebook